Lankhor.net

  • Forum
  • Historique du site
  • F.A.Q. du site
  • Faire un lien vers le site
  • Définition de l'abandonware
  • Anciennes définitions
  • F.A.Q. sur l'abandonware
  • Histoire de l'abandonware
  • Avis des webmasters
  • Avis des développeurs
  • Avis des éditeurs
  • Avis des journalistes
  • Liens sur l'abandonware
  • Articles sur l'abandonware
  • Liste de jeux abandonwares
  • Liste de jeux non abandonwares
  • Liste d'associations
  • Histoire de l'abandonware

    Explications
    Pour comprendre ce qu'est l'abandonware et ses évolutions, je pense qu'il est nécessaire de connaître l'histoire de l'abandonware.
    Vous trouverez donc sur cette page tous les événements majeurs de l'abandonware, de sa création à nos jours.

    Histoire
    1996
    L'année 1996 est importante car elle marque l'arrivée des modems 28.800 bps. Grâce à ce nouveau débit, de nouveaux contenus (images et sons) apparaissent sur Internet alors qu'avant, il n'y avait quasiment que du texte.
    Cette année marque aussi le début du "warez", c'est à dire de l'échange gratuit sur Internet de logiciels commerciaux. Ce terme de warez vient des USA et sert à désigner les logiciels illégaux.

    1997
    En 1997, il est plus facile d'héberger son site sur Internet (en France, Mygale offre un espace gratuit pour les particulier), ce qui permet aussi d'augmenter le nombre de sites "warez". Les sites de warez se diversifient et on en trouve qui proposent des jeux anciens. Le nom donné à ces nouveaux sites est oldwarez ou abandonwarez.
    D'une certaine façon, 1997 est donc l'année de naissance de l'abandonware.

    1998
    Pour désigner les sites proposant gratuitement des vieux jeux commerciaux en téléchargement, on ne parle plus d'abandonwarez ou de oldwarez, mais d'abandonware ou d'oldies. Les anciens termes faisant trop "pirate". On espère que grâce à ce changement de dénomination, les gens feront plus facilement la distinction entre le warez et l'abandonware.

    L'abandonware gagne en notoriété et de plus en plus de monde parle d'abandonware, y compris en France.
    A cette époque, la définition de l'abandonware se limite à parler de jeux ayant plus de 5 ans.

    2000
    La définition de l'abandonware a évolué et d'autres critères entrent en jeu en plus de l'âge du produit.
    C'est pour cette raison que l'ancien nom "oldies" disparaît et on ne parle plus que d'abandonware..

    2001
    C'est en 2001 qu'apparaît dans la presse française le premier article sur l'abandonware.
    Cette année, l'abandonware perd son côté "underground" car un large public d'internautes connaît à présent l'abandonware.

    2003
    Nous assistons en 2003 à une professionalisation des sites Internet et donc aussi des sites Abandonware.
    En effet, suite à l'éclatement de la bulle Internet, il devient beaucoup plus difficile de trouver un hébergement gratuit acceptant de stocker des fichiers. Aussi, le seul moyen de continuer à faire évoluer son site est de se payer un hébergement professionnel.
    La réduction des sites Abandonware en activité permet de donner une meilleure lisibilité de ce qu'est l'abandonware.

    2004 et 2005
    J'ignore si c'est dû au succès de l'abandonware, mais les éditeurs de jeux vidéo semblent s'être rendu compte qu'il y avait un public aimant les anciens jeux et qu'en conséquence, il y avait peut être moyen de se faire de l'argent.
    Les éditeurs ont donc ressorti en magasin des vieux jeux (comme par exemple une manette à brancher sur la télé et qui permet de jouer à Tetris ou PacMan).
    Le nom donné à ce phénomène est le rétro-gaming ou vintage.

    2006
    De nouveaux termes français sont apparus pour désigner l'abandonware, il s'agit de "logiciel orphelin", "abandogiciel", "abandoniciel" et "abandongiciel".
    A la fin de l'année 2006, sortira la Wii, la console nouvelle génération de Nintendo. Cette console aura pour particularité de proposer de très nombreux anciens titres consoles. Pour optimiser les chances de succès de la Wii, Nintendo a demandé à plusieurs sites proposer des anciennes ROMs Nintendo de cesser cette diffusion.

    2007
    A présent, toutes les consoles nouvelle génération (X-Box 360, PS3, Wii, etc.) sont reliés à des réseaux, à partir desquels, il est possible de commander un vaste choix d'anciens jeux console et arcade.
    On peut supposer que c'est un marché assez juteux car si ce n'était pas le cas, il n'y aurait pas autant de jeux de proposés.
    En conséquence, il y a peu de chance que l'émulation arcade/console soit prochainement toléré, compte tenu que cela rapporte de l'argent. L'abandonware ne concerne donc vraiment que les applications micro.

    2008
    La grosse nouveauté de l'année est l'arrivée du service en ligne "Good Old Games" qui propose un téléchargement légal et peu cher (quelques euros) d'anciens jeux micros. Ces jeux tournent parfaitement bien sur les ordinateurs actuels grâce à des émulateurs comme DOSBox ou ScummVM.
    Si un ancien jeu est commercialisé à travers GOG, celui-ci ne doit pas être considéré comme abandonware car le fait de le proposer gratuitement en téléchargement aurait pour conséquence de nuire à ses ayants droits.

    2012
    Depuis 2008, nous avons pu constater plusieurs phénomènes ayant eu un impact sur l’abandonware. Nous allons essayer de les évoquer ici.

    1)Les sociétés telles que Dotemu ou Gog proposent un catalogue de jeux PC toujours plus riche, notamment de jeux « anciens ». Il est évident que ces jeux, vendus légalement par ces sociétés, ne peuvent pas être considérés comme abandonware.
    A noter que Dotemu propose également des jeux sur mobile (iOS ou Androïd).

    2) Ces dernières années ont été marquées par l’essor des jeux Free To Play. Il s’agit de vrais jeux pouvant être développés par de grosses équipes. Ces jeux sont jouables gratuitement mais, pour rentabiliser les coûts de développement/production, ils intègrent un système de micro-paiement permettant d’acheter des bonus (de nouveaux skins, des capacités, des armes, etc.) pour progresser plus vite dans le jeu.
    Ces jeux sont, de par leur principe, fortement liés au serveur de l’éditeur. Il est donc assez facile de déterminer le moment où le jeu est « abandonné » par son éditeur, puisque cela correspond à la fermeture du serveur de jeu. Ce jeu gratuit qui n’est plus supporté par son éditeur peut être considéré le jeu comme entrant dans la catégorie des jeux abandonwares. Cependant, pour espérer pouvoir continuer à y jouer, il faut espérer que des petits malins aient réussi à développer des cracks ou des serveurs de remplacement.

    3) Avec le développement de Internet haut débit, sont apparus en masse des jeux vidéo 100% multijoueurs et nécessitant de se connecter à un serveur de jeu. Ma remarque sera exactement la même que concernant les jeux Free To Play.

    4) Aujourd’hui, les jeux sont beaucoup plus reliés à Internet que dans le temps. Ainsi, il est de plus en plus fréquent que les sauvegardes se fassent en ligne ou que le jeu demande une connexion Internet même pour jouer en mode solo. De la même manière, de plus en plus de jeux sont reliés aux réseaux sociaux via l’activation de succès (performance dans le jeu, action spécifique, avancement dans l’histoire…). A mon avis, si quelqu’un doit rejouer à ces jeux dans plusieurs années, il lui sera impossible de revivre la dimension communautaire de ces jeux.

    5) Il est intéressant de se parler de la durée de commercialisation des jeux. Dans le temps, les ventes se faisant très majoritairement en boutique, les jeux étaient retirés de la vente au bout de quelques mois. En effet, dès que les ventes du jeu baissaient trop, le magasin retirait le jeu de la vente afin de le remplacer par une nouveauté plus rentable. Le jeu pouvait ensuite ressortir en version budget et/ou compilation avant de disparaitre définitivement de la vente.
    Aujourd’hui, la vente de jeux dématérialisés (c’est-à-dire vendus en ligne comme sur la plateforme de Steam) explose. Contrairement à une boutique physique où la place est limitée, une boutique dématérialisée peut sans problème proposer un catalogue très important, comportant de manière permanente des jeux ayant plusieurs années. La conséquence de cela, c’est qu’il n’est plus pertinent de conserver dans la définition de l’abandonware la notion d’âge (un jeu doit avoir plus de 5 ans). En effet, même 5 ans après leur sortie, on peut encore trouver de nombreux jeux en vente sur les plateformes de téléchargement.

    6) Bien que cela ne soit pas en rapport direct avec l’abandonware, un phénomène m’a marqué. Il s’agit des jeux casual qui étaient très présents sur Nintendo DS. Aujourd’hui, Nintendo est fortement concurrencé par les tablettes et les smartphones. Le prix des tablettes fait que pour le moment, les parents préfèrent encore offrir une DS à leurs enfants. Mais il est à prévoir qu’avec la baisse des prix des tablettes, cela vienne à changer.

    7) Les réseaux sociaux proposent des petits jeux gratuits qui, à l’image des jeux Free To Play, propose d’acheter des bonus afin de progresser plus vite (grâce à l’achat d’objets ou simplement à l’achat d’actions supplémentaires (qui sont souvent limitées à quelques actions par jour). La durée de vie de ces jeux est souvent limitée car dès qu’ils ne rapportent plus assez d’argent, ils sont abandonnés au profit d’autres jeux. Ces jeux pourraient devenir abandonware. Cependant, comme ce sont des jeux en flash tournant sur les serveurs des sociétés, je ne vois pas comment faire pour les proposer en téléchargement.

    8) Un nouveau phénomène commence à faire son apparition. Il s’agit du « cloud gaming ». Le principe est simple. Le jeu va tourner sur un puissant serveur. Le joueur va se contenter de se connecter au serveur afin de recevoir l’image du jeu (ce qui permet de jouer même avec une machine peu puissante). Pour le moment, le cloud gaming souffre encore de problèmes de latence. Mais on peut espérer que ces problèmes seront résolus dans le futur.
    Pour un jeu proposé exclusivement en cloud gaming, on pourra dire qu’il devient abandonware le jour où il ne sera plus possible d’y jouer en ligne. Cependant, comme tous les fichiers seront sur les serveurs de la société (un peu comme pour les jeux sur réseaux sociaux), j’ignore s’il sera possible de les proposer en téléchargement.

    9) Ce qui a également beaucoup changé, ce sont les téléphones portables qui sont devenus des "smartphones ou tablettes" assez puissants et disposant d'écrans suffisamment grands pour jouer. Comme la résolution de ces écrans pouvait atteindre le 320*240, on aurait pu penser faire des vieux jeux PC sur son téléphone portable à l'aide d'un émulateur DOSBox ou ScummVM, mais cela ne s'est finalement pas fait. Si on ne peut pas directement jouer à des vieux jeux sur son smartphone/tablette, c'est que les boutons ont totalement disparus au profit du tactile et donc, ça pose un gros problème de gameplay. Il a donc fallu faire un vrai travail d'adaption de certains titres pour qu'ils fonctionnent sur téléphone portable.
    La question qui nous intéresse, c'est de savoir si le fait qu'un ancien jeu soit disponible à la vente sur smartphone/tablette, fait qu'il n'est plus abandonware ? Si le jeu vendu est absolument identique à sa version d'origine et qu'il fonctionne grâce à un émulateur, alors, il ne peut pas être considéré comme abandonware. En revanche, si le jeu a été refait pour s'adapter au smartphone, alors, il ne s'agit plus vraiment du même jeu et il peut continuer à être considéré comme abandonware.
    Ma vision des choses est que si un ancien jeu est en l'état injouable sur smartphone, cela ne pose pas de problème de continuer à le considérer comme abandonware, malgré le fait qu'il ait été refait et remis en vente pour fonctionner sur smartphone.

    10) Une nouveauté récente, est la ressortie de nombreux jeux en HD. C'est à dire que les éditeurs ressortent d'anciens jeux, qui ont eu leurs interfaces et leurs graphismes refaits pour s'approcher des critères graphiques des jeux récents. La question est de savoir si le fait qu'un jeu soit refait en version HD, a pour conséquence qu'il ne puisse plus être considéré comme étant abandonware. J'aurais tendance à dire qu'il faut voir ça au cas par cas. Si le jeu refait est franchement très différent du jeu original, alors, cela ne pose peut être pas de problème de le considérer comme étant toujours abandonware. Pour rappel, un abandonware ne doit pas avoir de conséquence financière négative pour un éditeur, et donc, si le fait de proposer un ancien jeu en téléchargement risque de faire baisser les ventes de sa version refaite en HD, alors, il ne faut plus considérer le jeu comme étant abandonware. 11) Pour moi, il y a les jeux que l'on fait à la maison sur sa télé ou son ordinateur, et les jeux que l'on fait sur un appareil mobile. Les jeux que l'on va faire sur un fixe ou sur un mobile sont assez différents. Par exemple, sur un appareil fixe, les musiques/bruitages/dialogues sont beaucoup plus travaillés que sur les appareils mobiles car l'on sait bien que ceux qui jouent sur des appareils mobiles ne peuvent pas toujours mettre le son (sauf s'ils possèdent des écouteurs).
    Il existe un certain nombre de jeux PC gratuits qui existent en version payantes sur appareils mobiles, comme par exemple le jeu Zookeeper. Je pense que les éditeurs savent que les joueurs sur micro ou sur consoles de salon ne sont pas forcément prêts à acheter de "petits" jeux alors que les joueurs sur appareils mobiles accepteront plus facilement de payer pour des bons jeux simples.
    Tout ça pour revenir à ce que je disais en 9), à savoir que l'on peut parfaitement imaginer qu'un jeu vendu sur appareil mobile, soit dans certains cas, considéré comme abandonware sur PC.

    2015
    En cette année 2015, il semble que l'abandonware s'essouffle fortement (pour ne pas dire qu'il meurt à petit feu). A présent, le mot à la mode, c'est retrogaming !

    Quand les sites proposant des abandonwares sont apparus, la distribution des jeux vidéo se faisait exclusivement dans des boîtes. Vendre un jeu matériel implique des coûts (fabrication et distribution) et c'est pour cette raison qu'un jeu qui n'était plus vendu avait peu de chance d'être remis en vente. Aujourd'hui, il y a de plus en plus de sites légaux (j'entends par là qu'ils possèdent les droits des jeux qu'ils vendent) qui proposent des jeux en dématérialisés et donc, cela devient plus simple de proposer des anciens jeux. Avec le temps, ces sites ont leur catalogue qui s'agrandit et qui donc, proposent aujourd'hui un large choix de jeux. Ces plateformes de téléchargement de jeux s'intéressent en particulier aux anciens hits du jeu vidéo qui ont a priori, le plus gros potentiel de vente. Si une plateforme légale de jeux vidéo se met à vendre un jeu, celui-ci ne peut plus être considéré comme abandonware et doit donc être retiré des sites qui le proposaient gratuitement en téléchargement.
    Est-ce que les sites d'abandonware vont pour autant mourir ? Certains webmasters s'étaient lancés dans le créneau de l'abandonware car c'était quelque chose à la mode et ils se disaient qu'il y avait de l'argent à se faire. Je pense que tous ces sites vont disparaître car ces webmasters risquent de trouver que ce n'est pas assez rentable. Les sites tenus par des passionnés devraient eux continuer à exister. A mon avis, ces sites vont en priorité se concentrer sur des jeux moins connus (mais qui peuvent être intéressants) car ceux-ci auront moins de chance de se retrouver sur des plateformes de vente de jeux vidéo.

    En parallèle, il y a de plus en plus de vieux jeux qui sont adaptés sur smartphones et tablettes. On retrouve aussi des vieux jeux sur PC et consoles récentes, il s'agit cette fois de remakes HD.

    Cette page est en travaux.
    J'ai écrit cette page un peu rapidement et je ne suis pas totalement satisfait de moi. Si vous pensez pouvoir m'aider à écrire cette page, n'hésitez pas à me contacter. Merci d'avance.

      © 2002-2016   -   Mentions légales