Abandonware Videos

  • Forum
  • Historique du site
  • F.A.Q. du site
  • Faire un lien vers le site
  • Définition de l'abandonware
  • Anciennes définitions
  • F.A.Q. sur l'abandonware
  • Histoire de l'abandonware
  • Avis des webmasters
  • Avis des développeurs
  • Avis des éditeurs
  • Avis des journalistes
  • Liens sur l'abandonware
  • Articles sur l'abandonware
  • Liste de jeux abandonwares
  • Liste de jeux non abandonwares
  • Liste d'associations
  • Les avis des développeurs de jeux vidéo
  • Alain Fernandes
  • Cyril Cogordan
  • Fabrice Hautecloque
  • Laurent Alvaro (SQuee)
  • Pascal Jarry
  • Olivier Cordoleani
  •  
    Cliquez ici si vous souhaitez donner votre avis

    Alain Fernandes
    Peux tu te présenter un peu s'il te plait :
    - Je m'appel Alain Fernandes, j'ai 36 ans et je travaille depuis 1984 dans le développement de logiciels. Je suis passionné par la possibilité de créer des choses, et l'informatique depuis 1980, est le support où j'ai pu créer et en même temps vivre de cette création. Grâce à internet j'ai pu exposer mon travail passé et présent sur 2 sites, www.inthepockets.com, alain.shadows.free.fr.

    Que penses tu de l’abandonware ?
    - Grâce a eux j'ai pu récupérer certains de mes jeux. ( Des jeux Oric 1 )

    Possèdes tu des droits sur les jeux que tu as réalisé ?
    Pratiquement aucun à part :
    - Les 2 jeux sur Oric 1
    - "Antheus" Version PC ( Droits partagés avec le graphiste Laurent Cluzel )
    - Les jeux que je crée à titre personnel.

    Si tu possédais des droits sur tes anciens jeux (datant d’avant 1995 et n’étant plus vendus), est-ce que tu t’opposerais à leur libre distribution ?
    - J'ai un site qui propose en libre téléchargement mes créations d'aujourd'hui donc pour les autres logiciels, Oui bien sûr !

    Quelle devrait être selon toi la définition de l’abandonware :
    - Etre le musée de logiciels anciens. ( Loisir, Jeux , Educatif )

    - Avoir une fiche pour tous les produits.

    - Ne pas proposer de télechargement pour les produits non autorisés, mais avoir dans ce cas, un lien vers la société qui posséde les droits , où un site en ligne pour l'achat de ces "vieux" jeux ( Les sites "Abandoware ) toucheraient un % par rapport à la vente effective du logiciel, Si la personne a utilisé le lien achat du site )

    L'idée pour moi, visiteur potentiel de ce type de site est de pouvoir prendre conscience du nombre de logiciels qu'il à existé sur telle où telle plateforme de voir quels scénarios ont été exploités.

    Voir si un soft est vraiment original.

    C'est travail de folie. Mais que je préfére cela à un site de "download sauvage".

    Aurais tu des exigences par rapport à ce que l’on doit trouver sur un site d’abandonware :
    - Ils devraient avoir un accord écrit avec au moins un éditeur ( De telle manière à "légitimer son "rôle" )

    - Donner des informations sur les jeux qu'ils proposent ( Auteur, Articles de l'époque , photos de la boite )

    - Qu'ils puissent être une source d'information pour les developpeurs ( Voir les scénarios déjà existants )

    - Qu'ils parlent aussi des jeux qu'ils ne peuvent pas proposer en téléchargement. ( La séries des jeux "Ultimate" par exemple )

    Aurais tu des exigences par rapport à ce que l’on ne doit pas trouver sur un site d’abandonware :
    - Des produits illégaux
    - Une qualité médiocre du site

    Crois tu qu’il soit possible pour les sites d’abandonware et les éditeurs de jeux vidéo d’établir des relations correctes et profitables pour tout le monde :
    - Pour moi il faut créer de vrais musées du jeux vidéos dans les pays ( Certains pays n'ont pas eu la chance d'avoir des Thomson Mo5 :) )

    - Les sites doivent créer une relation commerciale avec les éditeurs ( Liens vers les sites des éditeurs permettant l'achat de logiciels )

    - Les éditeurs pourraient fournir des documents importants, qui permettraient aux sites d'être plus que des sites de download.

    Cyril Cogordan
    Peux tu te présenter un peu s'il te plait :
    Je suis programmeur, je développe principalement en C/C++, mais j'ai eu l'occasion de faire mes armes sur divers processeurs comme le 6502, le 68000 & 68030, le 8086 et quelques autres aux noms plus ou moins exotiques. J'ai débuté sur l'Oric en 82, puis ensuite l'Atari et l'Amiga, ce qui m'a permis de prendre mes premiers contacts en 88 avec les sociétés de créations de jeux (Loriciels, Incal Product, Infogrammes).
    Après ça j'ai décroché mon premier poste en tant que professionnel chez Silmarils où j'ai travaillé sur Macintosh, Jaguar, 3DO, PSX et PC.
    Cette époque m'a permis de faire les portages de vieux titres comme les Ishars, Robinson Requiem, Manathan dealers et autres sur Macintosh.
    Et après 5 ans de bons et loyaux services je me suis envolé chez Lankhor pour travailler sur F1WGP, Warm UP! et SPM jusqu'à la fin de cette société.
    Depuis je continue le developpement à titre personnel en attendant de pouvoir soit monter un nouveau studio, soit trouver une place dans une société qui répondra à mes attentes.

    Que penses tu de l’abandonware ?
    Je suis plutôt pour, quand il s'agit de jeux sur des machines qui n'existent plus à la vente (atari, amiga, etc...) ou sur les jeux que l'on ne peut plus trouver ni dans le commerce ni chez l'éditeur.

    Possèdes tu des droits sur les jeux que tu as réalisé ?
    Non, je n'étais qu'un employé dans les sociétés pour lesquelles j'ai travaillé, donc les droits appartiennent à l'éditeur.

    Si tu possédais des droits sur tes anciens jeux (datant d’avant 1995 et n’étant plus vendus), est-ce que tu t’opposerais à leur libre distribution ?
    Non aucunement. Je suis un partisan du partage, surtout que des jeux ne se vendant plus ne peuvent rapporter aucun bénéfice à une société, autant les mettre dans le domaine public. Avec une restriction toutefois, la libre diffusion ne sous-entends pas que tous les droits en sont pour autant abandonnés. Mais je développerai ce sujet dans la prochaine question. Je suis le premier à regretter les "jeux d'autrefois" et c'est souvent avec plaisir que je dépoussière mon vieil atari pour rejouer à quelques uns de ces vieux jeux.

    Quelle devrait être selon toi la définition de l’abandonware :
    Pour moi l'abandonware est un jeu dont une société ne tire plus aucun profit et qui ne trouve plus d'audience qu'auprès des nostalgiques.
    Des jeux datant de plus de 6 ou 7 ans, donc largement dépassés techniquement ont leur place dans cette catégorie.
    Quoi qu'il en soit, un jeu entrant dans cette catégorie se doit d'être diffusé avec l'accord des auteurs/éditeurs, ne doit pas être soumis à une quelconque taxe d'achat ni de diffusion, sinon cela s'apparenterait à un marché parallèle au détriment des concepteurs de ce jeu. Donc je pense que le libre téléchargement ou la diffusion sur des CDs de magazines (donc gratuits) est la meilleure solution.

    Aurais tu des exigences par rapport à ce que l’on doit trouver sur un site d’abandonware :
    Oui, mais c'est plus par respect envers les auteurs, c'est d'avoir un rappel de l'éditeur et du développeur du jeu pour chaque titre proposé.
    Et tant qu'à faire ce peu, un résumé succint aussi. Pas que les abandonware soient traités comme de vulgaires fichiers lancés en pâture au download :o)

    Aurais tu des exigences par rapport à ce que l’on ne doit pas trouver sur un site d’abandonware :
    Non pas vraiment, tant qu'il s'agit de produits mis en accord avec l'éditeur, je ne vois pas ce que l'on pourrait reprocher.
    Mais je crois que cela doit se traiter au cas par cas, je pense surtout aux solutions etc.. Est ce vraiment utile de les fournir ? parfois oui, parfois non.. Je crois que cela reste à l'appréciation de chacun des intervenants (éditeurs comme webmasters).

    Crois tu qu’il soit possible pour les sites d’abandonware et les éditeurs de jeux vidéo d’établir des relations correctes et profitables pour tout le monde :
    Je pense sincèrement qu'il devrait être possible d'établir un contact fructueux pour les 2 parties.
    En effet, ressortir des vieux jeux peut rappeler le savoir faire d'un éditeur et relancer l'intérêt pour des suites actuelles de jeux. (Je pense par exemple a des jeux comme les anciens sierra ou ultima). Et pour les webmasters ça serait aussi un plus que d'avoir le soutien de ces mêmes éditeurs, ils pourraient de ce fait glaner des informations précises sur le jeu, etc...
    Si tout se fait dans les règles et surtout en dehors de tout aspect financier, il n'y aucune raison pour que cela ne marche pas.

    Fabrice Hautecloque
    Interview réalisée le 5/05/2006

    Peux-tu te présenter un peu ?
    Je m'appelle Fabrice Hautecloque, et j'ai participé à l'élaboration de plusieurs jeux chez Silmarils de 1989 à 1994.

    En tant que musicien, j’ai participé aux jeux suivants :
    Colorado, Starblade, Crystals of Arborea, Metal Mutant, Boston Bomb Club, Xyphoes Fantasy, Storm Master, Ishar I, II et III, Transarctica, Bunny Bricks, Robinson’s Requiem et Deus

    J’ai participé a Ishar II, III, Bunny’s Bricks, Robinson’s Requiem et Deus en tant que développeur

    Quelle est ta définition d'un jeu abandonware ?
    Ceux sont des jeux pour lesquels il n'y a plus d'exploitation commerciale, ni possible, ni souhaitée par les éditeurs des titres concernés. Ces jeux sont donc "abandonné" par les auteurs et distributeurs et mis à disposition dans le domaine public. Cela ne veux pas dire que le copyright ne s'exerce plus, mais que ces jeux peuvent être utilisés gratuitement.

    Quelle est ta définition d'un site abandonware ?
    C'est un site qui met a disposition des jeux dont l'exploitation commerciale est terminée, en plein accord avec les éditeurs/distributeurs/ayants droits des dits jeux.

    Quelque chose à ajouter ?
    Contrairement aux musiques qui, passées 70 ans, tombent automatiquement dans le domaine public, je ne pense pas qu'il y ait un cadre juridique clairement défini pour l'abandonware. Personnellement je ne trouve pas choquant que des anciens jeux soient mis à disposition, à la condition que les sociétés d'édition en soient informées et adhèrent totalement au principe.

    Merci beaucoup
    A noter que Fabrice Hautecloque s'occupe du site : www.easyportail.com

    Laurent Alvaro (SQuee)
    Peux tu te présenter un peu s'il te plait :
    J'ai été développeur, puis chef de projet dans le jeu vidéo depuis 6 ans, sur plateformes pc, ps2 et xbox. Je suis français et j'ai 28 ans.

    Que penses tu de l’abandonware ?
    Très bon concept. Cela permet de se forger une bonne culture du jeu vidéo avant d'attaquer la suite. Combien de fois a t-on entendu: "Comment!? Tu ne connais pas ce vieux jeu démentiel...". Ca serait génial d'avoir accès à tous ces jeux qui ont marqué l'histoire...

    Possèdes tu des droits sur les jeux que tu as réalisé ?
    Jamais. C'est d'abord l'éditeur, puis éventuellement la société de développement qui les touchent.

    Si tu possédais des droits sur tes anciens jeux (datant d’avant 1995 et n’étant plus vendus), est-ce que tu t’opposerais à leur libre distribution ?
    Si ça me rapportait 1000F par mois, je serai contre :-)
    Mais moralement, je préfère 100 fois voir mon jeu circuler plutôt que de moisir à 10€ dans le Leclerc du coin.

    Quelle devrait être selon toi la définition de l’abandonware :
    Tout simplement: "Jeu dont les droits ont été cédés au domaine public"
    Les éditeurs devraient pouvoir décider eux-mêmes du moment où le jeu devient gratuit.

    Aurais tu des exigences par rapport à ce que l’on doit trouver sur un site d’abandonware :
    Le nom des développeurs, l'année. Peut-être quelques coupures de presse. L'éditeur, je m'en fous. Ils ne sont là que pour vendre et faire du fric sur les développeurs. Ils n'apportent RIEN au jeu. Si ce n'est des censures permanentes afin de rester "grand public".

    Aurais tu des exigences par rapport à ce que l’on ne doit pas trouver sur un site d’abandonware :
    Des jeux non abandonware. Des liens vers des warez.

    Crois tu qu’il soit possible pour les sites d’abandonware et les éditeurs de jeux vidéo d’établir des relations correctes et profitables pour tout le monde :
    Ah... les éditeurs... C'est toujours difficile de dialoguer avec eux. Sur un jeu vendu 400F, le développeur touche environ 30 à 40F dans le meilleur des cas. S'ils commençaient par vendre les jeux aux alentours de 100F. L'économie du jeu vidéo prendrait un tournant différent. Dans laquelle s'insèrerait peut-être naturellement la phase d' "abandon-ware".

    Pascal Jarry
    Peux tu te présenter un peu s'il te plait :
    Je suis l'auteur de nombreux jeux Loriciel (panza kick boxing, mission, mgt, mach3, space racer, etc..)

    Que penses tu de l’abandonware ?
    En deux mots, je suis content que les abandonwares aient pignon sur rue et s'exposent au lieu de rester dans un carton.
    J'ai fait des jeux qui se sont vendus à pas mal d'exemplaires, ils passent maintenant au rang de collector, TANT MIEUX, ça me fait chaud tout partout ;)
    On a la chance d'avoir fait des "trucs" qui peuvent se diffuser sans media solide, sans avoir a payer, profitons-en et diffusons nos souvenirs.

    Olivier Cordoleani
    Interview réalisée le 15/05/2006

    Peux-tu te présenter un peu ?
    Etant plus proche de 40 ans que de 30 et extrêmement actif , je commence à avoir des présentations de plus en plus longues aussi j'invite les internautes à visiter mon site http://www.cordoleani.com pour plus de détails.

    Je suis principalement un passionné d'imagerie numérique ayant une formation d'ingénieur informatique, une culture familiale d'artiste et une expérience autodidacte d'entrepreneur -auteur dans les loisirs numériques.

    J’ai créé quatre studios de production Multimédia d’abord indépendant (COMPUTERS DREAM, HAIKU STUDIO) puis pour de grand groupe média. (DURAN Interactive appelé aujourd’ hui NADEO)

    J'ai travaillé comme auteur ou producteur sur une quinzaine de jeux (Atari, Amiga,PC, Playstation,CDI) entre 1989 et 2000 dont les plus connus du grand public sont BAT ( http://www.cordoleani.com/cordo_jeux/presse/bat_jeustratpreview.html )
    édité par UBISOFT,
    DOWN IN THE DUMPS ( http://www.cordoleani.com/cordo_jeux/dos_boite/did_dos.html)
    par PHILIPS MEDIA,
    MEGARACE pour MINDSCAPE (Cryo, le studio faisant les images et le game design mais c ma société HAIKU STUDIO qui faisant la technologie – cela est resté secret car Cryo n’avait pas l’autorisation de sous traiter ce travail)
    et
    VIRTUAL SKIPPER pour DURAN

    Malheureusement les jeux les plus spectaculaires ne sont jamais sortis car j’ai été victime d’une période où l’industrie du jeu passait du stade artisanal au stade industriel . Les opérations d’acquisition, fusion ( conséquence de l’arrivée des majors ) ont perturbées voir sacrifiées de nombreux studios indépendants qui voyaient leurs vivres coupés du jour au lendemain sans recours possible pour des raisons de stratégie en haut lieu.

    La rubrique Jeu Vidéo de mon site montre , en exclusivité, les images de ses jeux catégorie AAA qui étaient tous basés sur des gameplay et des technologies originales.
    Je pense notamment à l’ « Ile du Docteur Moreau » (http://www.cordoleani.com/frameset_realisation.html )qui mettait en œuvre,dés 1997, l’ensemble des technologies et méthodes de production multimédia les plus évoluées avec notamment un moteur 3D temps réel synchronisé avec une technologie de compression d’images 3D pré calculées, plusieurs heures de tournage en studio avec entre autre comédien EMMA de CAUNES (débutante) ; plusieurs heures de motion capture et effets spéciaux pour les séquences cinématiques et la partie interactive, le tout sur 3 CDROM pour PC et pour PLAYSTATION 1.

    Par la suite, j'ai continué à « travailler l'imagerie numérique » dans l'univers de la production TV, Cinéma et Internet en élaborant avec mes équipes des technologies, des logiciels de production internes et des services en ligne de nouvelle génération.
    Je peux citer entre autres :
    la collection des logiciels MENDEL (http://www.cordoleani.com/cordo_techno/savoir_plus/mendel_menu.html) en 2000 (première technologie Spline Temps réelle qui a été choisie par INTEL USA pour illustrer la puissance du PENTIUM II) et
    l’avatar de Laetitia CASTA pour une utilisation Jeu, Internet et cinéma.
    (http://www.cordoleani.com/rea/pixel_nov2001/pixel_nov2001.html)

    Quelle est ta définition d'un jeu abandonware ?
    Je dirais qu’un jeu abandonware est un jeu vidéo sortie définitivement du circuit commercial.

    Quelle est ta définition d'un site abandonware ?
    C’est un site communautaire qui

    • référence l’ensemble des jeux qui ne sont plus édités, un site qui les teste,
    • propose des versions téléchargeables pour les émulateurs du moment,
    • interviews leurs concepteurs, leurs éditeurs ;
    • propose les solutions bref leur donne une deuxième vie et une certaine pérennité et éternité.

    Contrairement aux livres ou aux jeux de plateaux, les jeux vidéo sont malheureusement des œuvres créées sur des supports éphémères et des initiatives comme la tienne sont vraiment indispensables pour conserver ce patrimoine créatif qui intéressera de plus en plus de génération.

    Quelque chose à ajouter ?
    La technologie, le contenu audiovisuel, le scénario sont des ingrédients secondaires pour faire un bon jeu.
    Le Gameplay, la mécanique de jeu, cette chose indéfinissable qui prend le joueur par l’épaule et le scotch après quelques secondes, c’est cela l’essentiel.
    Cet essentiel existe dans les Abandonware avec autant de qualité que dans les meilleurs jeux d’aujourd’hui ;
    les jeux d’aujourd’hui se préoccupent beaucoup plus des personnes qui regarde le joueur et il est vrai que la qualité audiovisuelle de certaine réalisation ne lasse pas les joueurs passifs qui attendent leur tour.

    Sauver les AbandonWare c’est donc aussi préserver des milliers d’idées de gameplay issus de générations, de cultures, de contraintes différentes. Il est important de préserver cette base d’inventivité pour éviter l’uniformisation que pourrait engendré une économie du jeu vidéo animées par des professionnels formaté dans des écoles spécialisées et mis au service des majors .

    La contrainte est souvent source de création, aurions nous eu PACMAN ou BAT si l’informatique des années 90 était celle d’aujourd’hui ?

    Je m’intéresse maintenant uniquement aux mobiles car on y retrouve la même dynamique de création qu’il existait à l’époque ou l’on parlait d’Oric, de Spectrum, d’Amiga….rien n’est normalisé , on ne connais pas encore le vainqueur de la bataille, tout est permis et vierge de préjugé….

    Félicitation pour tes initiatives.
    Bonne continuation a toi et ton site.

    Merci beaucoup

    Donnez votre avis sur l'abandonware !
    Pour donner votre avis sur cette page, il est nécessaire que vous ayez participé à la réalisation d'un jeu vidéo avant 1995.

    Si vous remplissez cette première condition, il ne vous reste qu'à m'envoyer un mail (fred@lankhor.net) en répondant aux 8 questions suivantes :
    1) Pouvez vous vous présenter un peu s'il vous plait ?
    2) Que pensez vous de l’abandonware ?
    3) Possèdez vous des droits sur les jeux que vous avez réalisé ?
    4) Si vous possédiez des droits sur vos anciens jeux (datant d’avant 1995 et n’étant plus vendus), est-ce que vous vous opposeriez à leur libre distribution ?
    5) Quelle devrait être selon vous la définition de l’abandonware ?
    6) Auriez vous des exigences par rapport à ce que l’on doit trouver sur un site d’abandonware ?
    7) Auriez vous des exigences par rapport à ce que l’on ne doit pas trouver sur un site d’abandonware ?
    8) Croyez vous qu’il soit possible pour les sites d’abandonware et les éditeurs de jeux vidéo d’établir des relations correctes et profitables pour tout le monde ?

    Si par la suite, vous souhaitez modifier vos réponses, envoyez moi un mail (fred@lankhor.net) et signalez moi les changements à opérer.

      © 2002-2016   -   Mentions légales